AFFECTIONS DE LA RÉTINE

Les affections de la rétine liées à l’âge

 

Les affections de la rétine chez le chien et le chat sont un sujet complexe qui a été revu en détail dans le passé ( Chaudieu G et Molon-Noblot S. 2004. EMC- Vétérinaire  1 : 47-73). Elles nécessitent souvent  une consultation d’ophtalmologie faisant appel à des moyens de diagnostics spécialisés. Il existe peu ou pas de traitement curatif de ces affections d’où l’intérêt de la prévention.

 

Chez les chiens et chats comme chez les humains  nous pouvons observer des changements au niveau de l’œil liés à l’âge. La  dégénérescence de la rétine et la cataracte sont les signes les plus fréquemment rencontrés, et cela se traduit par un déclin de la fonction visuelle. Une rétine saine est un élément critique de la fonction visuelle chez l’animal. La fonction rétinienne et la fonction visuelle peuvent être évaluées à l’aide de test comme l’électrorétinographie

 

 

Physiopathologie de la dégénérescence de la rétine liée à l’âge

Le stress oxydatif, qui est impliqué dans de nombreux processus pathologiques en particuliers les troubles liés à l’âge,  se  traduit par des dommages cellulaires causés par les radicaux libres oxygénés.   La rétine est particulièrement sensible au stress oxydatif en raison de sa forte consommation en oxygène, de sa forte proportion d’acides gras insaturés et de son exposition constante à la lumière. Compte tenu de leur toxicité, les radicaux libres oxygénés doivent être éliminés de façon constante par les systèmes antioxydants.

Des mécanismes inflammatoires et ischémiques sont également impliqués dans la physiopathologie de la dégénérescence rétinienne liée à l’âge.

Le système antioxydant comprend entre autres (Afforti A. 2013 Pratiques en Ophtalmologie 7 : 232-237) :

  • le pigment xanthopylle composé de la lutéine et zéaxanthine qui joue un double rôle de filtre vis à vis des ultraviolets et d’antioxydant 
  • Le renouvellement permanent des segments externes des photorécepteurs par l’épithélium pigmentaire qui contribue à l’élimination des radicaux libres 
  • Des vitamines comme les vitamine A, C et E 
  • Des enzymes comme le superoxyde dismutase qui utilise le cuivre comme cofacteur

Utilisation des compléments alimentaires à visée ophtalmique dans la prévention de la dégénérescence rétinienne liée à l’âge

 

Lutéine et zéaxanthine

La lutéine et la zéaxanthine sont les seuls caroténoïdes présents au niveau de la rétine. Ils jouent un double rôle de filtre des courtes longueur d’onde associé à une activité antioxydante. La source de lutéine et zéaxanthine est essentiellement alimentaire. Ils sont présents dans des végétaux comme le chou vert, la laitue, les petit pois et le mais et dans le jaune d’œuf. Vu leur importance dans la prévention des affections de  la rétine, il est important de les apporter sous forme de compléments alimentaires chez les carnivores.

Des études épidémiologiques ont montré un taux plus faible de dégénérescence maculaire liée à l’âge chez des humains à l’alimentation riche en légumes verts (Tan et al 2008 Ophthalmology 115 :334-341). Expérimentalement in vitro, un apport de lutéine et zéaxanthine à des cellules épithéliales pigmentaires de la rétine a réduit l’effet négatif de la  photo-oxydation et l’expression de gènes liés à l’inflammation (MCP-1 et IL-8) (Bian et al 2012 Free Radic. Biol. Med. 53 : 1298-1307). Chez des rats exposés à   la lumière bleue, la lutéine administrée pendant 30 jours a permis de réduire les   dommages au niveau de la rétine par inhibition du stress oxydatif et de l’inflammation (Yang et al 2020 J. Functional Foods 73 : 104107). Des études cliniques contrôlées ont démontré un effet bénéfique d’une supplémentation à la lutéine sur l’acuité visuelle de sujets atteints de dégénérescence maculaire liée à l’âge (Richer et al 2004. Optometry 75 : 216-229) et sur le risque de développer cette affection mesuré par examen de photographies  du fond de l’œil  (Moeller et al 2006 Arch. Ophthalmol. 124 : 1151-1162).

 

Vitamines du groupe B

Une étude clinique a observé une diminution du risque de dégénérescence maculaire liée à l’âge chez une population de femmes supplémentées avec de la vitamine B (Christen et al 2009. Arch. Intern. Med. 169 :335-341). Les vitamines B6, B9 et B12 réduisent le taux d’homocystéine. Un taux élevé d’homocystéine est associé à un risque élevé de dégénérescence maculaire liée à l’âge. 

 

Omega 3

Le DHA est très concentré dans les segments externes de photorécepteurs et il est essentiel au bon fonctionnement de la rétine et à la résolution de l’inflammation. Comme l’EPA,  sa provenance est essentiellement alimentaire (l’organisme ne pouvant pas les synthétiser). L’alimentation des carnivores domestiques en est dépourvue. Des études épidémiologiques ont démontré que des sujets présentant une alimentation riche en oméga 3 et pauvre en oméga 6 présentait un moindre risque de dégénérescence maculaire liée à l’âge  (Tan et al 2009 Arch. Ophthalmol. 127: 656-665). Lors d’une étude prospective chez des femmes, une consommation régulière de DHA et d’EPA a été associée à un risque significativement diminué de dégénérescence maculaire liée à l’âge. (Christen et al 2011 : Arch. Ophthalmol. 129 : 921-929).

 

Association d’ingrédients

Chez la souris, l’association de lutéine, zéaxanthine, EPA et DHA a montré une activité antiinflammatoire, neuroprotective et antiangiogénique au niveau de la rétine avec une réduction de l’expression de l’ inducible nitric oxide synthase (iNOS), tumor necrosis factor (TNF), cyclooxygenase-2 (COX-2), IL-1 beta and vascular growth factor (Vegf) (Ramkumar et al 2012 J. Nutr. 143: 1129-1135). Chez des patients atteints de dégénérescence maculaire de la rétine liée à l’âge,  l’association de vitamine C, vitamine E, beta carotène et zinc administrée chaque jour a ralenti de façon significative  le développement de l’affection (AREDS 1 . 2001 Arch. Ophthalmol. 119: 1417-1436). Un complément contenant 10mg/j de lutéine, 2 mg/j de zéaxanthine,  650 mg/j d’EPA, 350 mg/j de DHA, 500 mg/j de vitamine C, 400UI/j de vitamine E et 25 mg de zinc  a permis une réduction de 30%  du risque de dégénérescence maculaire liée à l’âge  (AREDS 2 2013 JAMA 309: 2005-2015).

Chez des chiens de race beagle, une supplémentation journalière  en antioxydant (lutéine 20mg, zéaxanthine 5 mg, vitamine C 180 mg et vitamine E 336 mg) pendant 6 moins a permis d’observer une amélioration de la fonction rétinienne mesurée par electrorétinographie ( Wang et al 2016 J. Nutr. Sci. 5: 1-7)

 

Applications particulières

 Diabète

Chez des rats diabétiques, l’administration journalière de lutéine et DHA pendant 12 semaines a permis de normaliser les modifications biochimiques, histologiques et fonctionnelles de la rétine induite par le diabète (Arnal et al 2009 Current Eye Research 34: 928-938).

 Décollement de rétine

Chez des rats avec un décollement de rétine induit expérimentalement, l’administration de lutéine pendant les premières 36 heures a permis  de préserver les photorécepteurs (Woo et al 2013 Graefes Arch. Clin. Exp. Opthalmol.251: 41-51).

De nombreuses études scientifiques démontrent l’intérêt de l’utilisation des compléments alimentaires à visée ophtalmologique et à activité antioxydante et antiinflammatoire pour le contrôle de la  dégénérescence rétinienne liée à l’âge. 

En collaboration avec les laboratoires Böthmen Pharma, ArcaNatura® propose un complément alimentaire à visée ophtalmologique pour les problèmes de  rétine des chiens et des chats liés a l’âge. La composition du produit est basée sur l’expérience scientifique acquise depuis de nombreuses années chez l’homme, les animaux de laboratoires et le chien. Les meilleurs résultats sont obtenus lors d’une utilisation journalière et  prolongée du produit (6 mois a un an).

 

Article écrit par :

Serge Martinod

Docteur Vétérinaire / Titulaire du CES d’ophtalmologie

Emilie - ArcaNatura

Votre commentaire