thumb

“Les veines toujours ouvertes de l’Amérique Latine”

Environnement , Le droit au respect des animaux et de la nature - xfargetton - 26/09/2011 - 0 Comments

L’équipe d’Arcanatura s’engage pour un commerce équitable en Amérique Latine. Eduardo Galeano écrivait « Les veines ouvertes de l’Amérique Latine » en 1971 : un essai retentissant sur l’exploitation insensée des richesses de cette partie du monde par un petit nombre de trusts internationaux ne laissant que de très maigres bénéfices localement. Quarante après, le même  type d’exploitation perdure : quatre compagnies internationales s’apprêtent à recevoir en Colombie les droits d’exploitation de  mines d’or, faisant encourir des risques écologiques et sociaux importants pour les régions concernées.

Depuis le constat des « Veines ouvertes de l’Amérique Latine », la situation a progressé mais le commerce avec les autres parties du monde demeure peu équitable.  Deux chiffres de l’économie colombienne illustrent cette situation. Alors que ce pays, grand comme deux fois et demie la France,  dispose de richesses naturelles incroyables et que les exportations de ses matières premières ne cessent de croitre, prés de 50% de sa population vit en dessous du seuil de pauvreté. Lors du premier trimestre 2011, moins de 3 % des biens exportés concernaient des produits de technologie issus de l’innovation colombienne.

Les mêmes mécanismes d’exploitation décriés par Galeano  fonctionnent toujours : en voici un exemple. Le cours de l’or bat des records, plus de 1800 dollars l’once. Quatre compagnies internationales dont trois d’origine d’Amérique du Nord demandent alors les droits d’exploitation sur des gisements aurifères en Colombie : il s’agit de la GreyStar, la Gold-Medoro Resources, la Cosigo Resources et l’AngloGold Ashanti. Les quatre gisements se trouvent dans les régions de Santander, de Tolima, de Caldas et de l’Amazonie colombienne.  Dans la région de Santander, c’est un eco-système très particulier le Páramo jouant un rôle fondamental dans l’approvisionnement en eau qui est menacé, dans le Tolima c’est une réserve forestière qu’il faudra amputer, à Marmato dans la région de Caldas prés de 10,000 personnes devront être déplacées et  le dernier gisement se trouve dans la réserve naturelle Yaigoje au cœur de l’Amazonie  à Vaupés, créée pour protéger la communauté précolombienne de la rivière Apaporis. D’après le magazine « Semana»,  les redevances qui devraient revenir à la Colombie n’excéderont pas 4% de la valeur créée !

Un commerce plus équitable entre les pays émergents et les pays développés est souhaitable et faisable. Vous connaissez les expériences réussies de commerce équitable sur le café, les bananes ou d’autres productions. Arcanatura dans son domaine des produits naturels pour la santé animale s’engage dans la voie du commerce équitable. Nous investissons dans une société en Colombie, une partie de l’équipe travaille sur place avec des chercheurs d’Université, nous établissons des relations commerciales avec des sociétés colombiennes qui s’engagent pour une exploitation raisonnée de la biodiversité et nous  sommes actuellement en discussion pour lancer un projet de collaboration avec une communauté de la Sierra Nevada.

N’hésitez pas à nous contacter si nos initiatives vous intéressent.

Xavier

 

Commentaires

commentaires

Laissez un commentaire

57 − = 49