Comprendre et prendre soin de son chien quand il a de l’arthrose

LE RÔLE DU DHA

L’apparition et l’évolution de l’arthrose du chien proviennent d’une série de processus inflammatoires multi-factoriels qui touchent l’ensemble des éléments structurels de l’articulation. Le contrôle et l’arrêt de ces multiples inflammations est la clé du traitement de l’arthrose du chien. C’est en cela que la supplémentation de l’alimentation avec de l’oméga 3 DHA est une aide précieuse.

 

L’inflammation pour pourvoir se défendre contre une agression

Lorsqu’il y a une agression, l’organisme réagit en déclenchant une inflammation qui lui permet de se défendre. Les signes de l’inflammation sont la rougeur, la chaleur, la douleur et le gonflement. Pour provoquer une inflammation, l’organisme produit des molécules appelées médiateurs pro-inflammatoires comme les prostaglandines ou les leukotriènes. Ces médiateurs initient à leur tour toute une série de réactions de l’organisme qui va permettre d’éliminer la source de l’agression, comme par exemple tuer une  bactérie lorsqu’il y a une infection, et de réparer les tissus endommagés par l’agression. Les médiateurs pro-inflammatoires proviennent de la transformation d’acides gras insaturés de type Oméga 6 sous l’effet d’enzymes comme la phospholipase A 2 (PLA2) ou les cyclooxygénases (COX).

arthrose du chien

L’arrêt de l’inflammation pour revenir à un état normal

Lorsque l’organisme s’est défendu, il doit ensuite stopper l’inflammation. Très longtemps, il était admis que l’arrêt de l’inflammation était un phénomène passif : lorsque l’agression disparaissait l’organisme ne produisait plus de médiateurs pro-inflammatoires. En fait les récents travaux du Professeur Charles Serhan de la Faculté de Médecine d’Harvard ont démontré que l’arrêt des inflammations était un processus actif et que l’organisme produisait des médiateurs anti-inflammatoires appelés Résolvines, Marésines ou Protectines. Ces médiateurs permettent de bloquer toutes les réactions de l’organisme liées à l’inflammation et de ramener les tissus à leur état  normal (homéostasie). Cette phase de retour à la normale est appelée la résolution de l’inflammation. Les médiateurs anti-inflammatoires, les marésines, protectines et résolvines, proviennent de la transformation d’ un acides gras insaturé de type Oméga 3, l’acide docosahéxaénoiques le DHA. Ce sont les mêmes enzymes comme la PLA2  qui transformaient les Oméga 6 en médiateurs pro-inflammatoires qui transforment maintenant le DHA  en médiateurs anti-inflammatoires.

anti inflammatoire chien

Comment arrêter une inflammation lorsque l’organisme s’est defendu ?

Si une inflammation perdure, elle devient chronique et dommageable  pour les tissus comme dans le cas d’inflammation de peau ou l’arthrose du chien. Dans le premier cas le chien se gratte jusqu’à se provoquer des lésions qui ensuite peuvent s’infecter, dans le second cas le cartilage des articulations  continue de se dégrader, la douleur augmente et le cercle vicieux de l’arthrose du chien se déclenche.

Pour arrêter l’inflammation, il faut à la fois bloquer la synthèse des médiateurs pro-inflammatoires et favoriser la production des médiateurs anti-inflammatoires.

Bloquer la synthèse des médiateurs pro-inflammatoires : utilisation très prudente des anti-inflammatoires

Les anti-inflammatoires à base de corticoïdes bloquent l’enzymes PLA 2 et les anti-inflammatoires non stéroïdiens comme le carprofen bloquent l’enzyme COX. La production de prostaglandines et leukotriènes est bloquée. Ces molécules sont toutefois à employer avec une grande prudence car non seulement elles ont des effets secondaires mais aussi parce qu’elles bloquent la production des médiateurs anti-inflammatoires. Lorsque le traitement s’arrête, on peut observer un phénomène de rebond avec un redémarrage spectaculaire de l’inflammation.

Favoriser la production des médiateurs anti-inflammatoires : supplémentation de l’alimentation avec du DHA

La supplémentation de l’alimentation avec du DHA permet de stimuler la protection des médiateurs anti-inflammatoires, marésines, protectines et résolvines et donc  de ramener les tissus á leur état normal. Ceci a été montré dans de nombreux cas en clinique humaine et chez les animaux, notamment en cas de dermatite, d’asthme, de néphrite ou de colite. Dans les cas d’arthrose et d’arthrite, il a été démontré que l’utilisation de DHA permettait de réduire significativement les durées et les doses d’anti-inflammatoires.

Pour être efficace dans la résolution de l’inflammation, le DHA doit être donné à des doses supérieures à 15mg/kg/jour sous des formes qui le protègent de la dégradation car c’est une molécule très fragile (gélules ou pompes « airless »). Nous recommandons d’utiliser du DHA issu du phytoplancton d’une qualité supérieure à celui produit à partir d’huile de poisson et beaucoup plus écologique.