thumb

La biodiversité culturelle indispensable à la défense des forêts d’Amérique Latine

Environnement , Le droit au respect des animaux et de la nature - xfargetton - 24/11/2011 - 0 Comments

Les forêts d’Amérique Latine renferment d’immenses réserves de carbone et leur protection est un enjeu planétaire. Au cœur de ses forêts vivent de nombreuses ethnies qui jouent  un rôle clef dans la conservation de cet écosystème. Malgré l’immense valeur du service qu’elles nous rendent, elles vivent en état d’extrême pauvreté et sont menacées de disparition.  Arcanatura s’engage en Amérique Latine.

La préservation des forêts de l’Amérique Latine est un enjeu planétaire (cf. notre post « les sentinelles de l’Amazonie »). Ces forêts ne sont pas des déserts humains mais au contraire des lieux d’une très grande biodiversité culturelle. Rien qu’en Colombie, 82 groupes ethniques différents vivent dans les forêts. Pour ces ethnies, les éléments de la nature appartiennent à un être spirituel ou « abuelo ». Pour les utiliser, il leur faut obtenir son autorisation. Elles pensent  que la surexploitation  de ces ressources empêche l’énergie vitale de circuler entre tous les êtres et est responsable de la diffusion de maladies entre autres. Des études de référence de la FAO, l’organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture ont démontré objectivement le rôle de ces ethnies dans le maintien de la biodiversité des forêts.

Au niveau mondial, il y a plus d’un milliard six cents millions de personnes dont la subsistance dépend de l’exploitation non destructrice des ressources de la forêt. 75% d’entre elles vivent dans un état d’extrême pauvreté.  Cela contraste, de manière choquante,  avec l’immense valeur du service qu’elles nous rendent, à nous tous, en maintenant  la biodiversité de ces forêts, véritables poumons de notre terre. Ces ethnies sont de plus les victimes de conflits de toutes sortes qui les menacent d’extinction. L’ultime ethnie nomade de l’Amazonie colombienne, les Nukak Maku, a ainsi perdu la moitie de sa population depuis 1988.

EMBERA – Chromatophor

[vimeo]http://vimeo.com/26849052[/vimeo]

Le monde a donc intérêt pour sauvegarder ses forêts d’Amérique Latine à maintenir à tout prix la biodiversité culturelle des ethnies qui les peuplent. Voila trois suggestions pour y contribuer :

  1. Respecter l’authenticité socioculturelle de ces ethnies et développer une compréhension et une tolérance interculturelles.
  2. Diffuser les pratiques du commerce équitable et favoriser l’utilisation durable des richesses de la forêt.
  3. Participer aux efforts locaux pour conserver ces écosystèmes et leur biodiversité.

ARCANATURA est présente en Amérique Latine. Nous y investissons, nous y travaillons  en collaboration avec des institutions de recherche locaux. Nous nous engageons sur la voie du commerce équitable. Vous souhaitez vous solidariser, vous avez des idées, n’hésitez pas à nous contacter.

 

Note : les informations de ce post proviennent d’une enquête de  Carolina Escallon Wey et Juan Sebastian Sabogal Jara publiée dans El Espectador de Colombie

Commentaires

commentaires

Laissez un commentaire

7 + = 17