Comprendre et prendre soin de son chien quand il a de l’arthrose

L’ÉVOLUTION DE L’ARTHROSE DU CHIEN

Pour comprendre l’évolution de l’arthrose du chien, il faut tout d’abord connaître la structure d’une articulation et le rôle de chacun des éléments qui la composent.

Structure d’une articulation

Une articulation comprend du cartilage qui recouvrent les os, une membrane synoviale et un fluide la synovie. Les éléments de support que sont les muscles, les tendons et les ligaments jouent un rôle fondamental dans le bon fonctionnement de l’articulation.
Le cartilage a une composition et une structure uniques. Sa fonction principale est d’offrir une surface douce et lubrifiée pour faciliter les mouvements des os et diminuer la friction entre eux. Il est composé d’une matrice complexe produite par des cellules hautement spécialisées, les chondrocytes.
La matrice est formée de collagène, une famille de protéines qui confèrent une résistance mécanique à l’étirement au cartilage et des protéoglycanes, combinaisons de protéines et de glycosaminoglycanes qui sont des pièges à eau. Le collagène, les protéoglycanes et l’eau donnent toutes ses propriétés mécaniques au cartilage. Il faut noter que le cartilage ne contient pas de nerfs, ce qui explique que la douleur lors d’arthrose apparaît tardivement alors que le cartilage s’est passablement dégradé.
Les chondrocytes, quant à eux, maintiennent l’intégrité du cartilage en équilibrant les phénomènes de dégradation (catabolisme) et de régénération (anabolisme) de la matrice.

Diapositive11 copie

Évolution de l’arthrose du chien

L’apparition et l’évolution de l’ arthrose du chien proviennent d’une série de processus inflammatoires multifactoriels qui touchent l’ensemble des éléments structurels de l’articulation.

Sous l’effet de différents stress, mécaniques entre autres, les cellules de la membrane synoviale et les chondrocytes produisent des substances pro-inflammatoires tels que les cytokines IL-1β et TNF-α. A leur tour, ces cytokines induisent la production d’enzymes comme la nitrique oxyde synthétase (iNoS) ou la cyclooxygenase 2 (Cox-2) et de prostaglandines E2 (PGE-2). Sous l’effet de ces molécules, un déséquilibre s’établit en faveur des phénomènes de dégradation du cartilage par rapport au processus de régénération.

Ce déséquilibre entraîne une modification de la matrice extracellulaire avec des ruptures de molécules de collagène, et de protéoglycanes et une modification de la teneur en eau du cartilage qui perd progressivement ses propriétés bio-mécaniques. Celui-ci se fissure, l’os mis à nu est altéré sous l’effet de contacts directs « os-os ». Des excroissances se forment qui bloquent le fonctionnement de l’articulation. La membrane synoviale est également fortement enflammée, ce qui produit des exsudations dans la cavité synoviale. L’articulation devient douloureuse et ne fonctionne qu’avec difficulté.

L’âge joue un rôle prédominant dans l’initiation et l’évolution du processus de l’arthrose. L‘atrophie musculaire rend les articulations moins stables ce qui augmente le stress mécanique. Les chondrocytes perdent de leur vigueur dans leur faculté de régénérer la matrice du cartilage. L’immuno-sénescence s’accompagne d’une perte de capacité à résoudre les inflammations. Les dépôts adipeux produisent des adipokines, substances pro-inflammatoires dont l’activité est synergistique avec celle des cytokines.

 

Le cercle vicieux de l’arthrose du chien

Une fois le processus de l’arthrose du chien initié, se met en place une cascade d’événements qui vont malheureusement renforcer l’évolution de la maladie. Les processus inflammatoires détruisent le cartilage, apparaît la douleur qui va pousser le chien à faire moins d’exercices physiques. Ses muscles s’atrophient et il prend du poids ce qui va créer plus de stress mécanique sur les articulations et donc générer encore plus de processus inflammatoires etc.

C’est ce cercle vicieux qu’il faut briser pour freiner l’évolution de l’arthrose chez le chien.

Diapositive16B