Alzheimer du Chien et du Chat

Quelles sont les differences entre le vieillissement normal et le syndrome de dysfonctionnement cognitif chez le chien et le chat (Alzheimer) ? 

Il existe maintenant  un consensus scientifique pour lier le syndrome de dysfonctionnement cognitif chez le chien et le chat, et la maladie d’ Alzheimer chez l’homme.

 

LE VIELLISSEMENT NORMAL

Les chiens et les chats séniors subissent de nombreux changements physiologiques et physiques à mesure qu’ils vieillisent. Les fonctions des différents organes faiblissent progressivement.  On peut observer une réduction globale de la masse cérébrale chez le vieux chien avec une diminution du poids total et de la taille en particulier au niveau des cortex cérébraux et cérébelleux. Le cortex préfrontal semble être particulièrement vulnérable au début du processus de vieillissement chez le chien. La taille du ventricule est en augmentation. On peut constater au microscope une diminution du nombre de neurones tandis que les cellules gliales sont en augmentation. On observe aussi une accumulation de pigments comme la lipofuscine dans les neurones, de la fibrose et de la calcification partielle des méninges et du plexus choroïde et de multiples changements vasculaires compromettant la circulation sanguine et l’utilisation du glucose et de l’oxygène.

Ces changements et d’autres comme la douleur associée à l’arthrose, la perte d’audition ou de vision (cataracte) peuvent agir sur le chien et le chat en les rendant irritables, anxieux, agressifs ou socialement moins actifs. La perte de l’odorat et du goût peut se traduire par un intérêt accru pour les aliments. Les changements du système respiratoire ou cardio-vasculaire entraînent souvent une fatigue. Des anomalies du système digestif peuvent provoquer des diarrhées ou des constipations avec souillure de l’environnement.

 

LE SYNDROME DE DYSFONCTIONNEMENT COGNITIF (SDC, ALZHEIMER)

Le syndrome de dysfonctionnement canin (et félin) est différent du processus de vieillissement normal,  avec des changements qui apparaissent généralement progressivement et qui deviennent prononcés avec le temps : changement de comportement (marche sans but, apathie, posture fixe soudaine…), de l’appétit, du sommeil, diminution de l’interaction social, aboiements ou miaulements sans raison, désorientation et perte de l’apprentissage. Ces signes s’accompagnent par des changements neurobiologiques.

Le SDC est un trouble qui progresse lentement et dont les lésions s’accumulent dans le cerveau sur une période de plusieurs mois et années. La neuropathologie du syndrome de dysfonctionnement cognitif canin est caractérisée par 3 facteurs principaux:

1.       En plus de leur accumulation extra-cellulaire, les plaques de peptides Beta-amyloïdes ont aussi tendance à se déposer dans la paroi des vaisseaux sanguins cérébraux corticaux entraînant une angiopathie amyloïde cérébrale qui altère la barrière hémato-encéphalique et la fonction vasculaire, et peut provoquer des hémorragies.

2. Une accumulation intracellulaire de la protéine tau phosphorylée insoluble, mais à la différence de ce qui est observé chez l’homme,  les chiens et les chats ne semblent pas développer des enchevêtrements neurofibrillaires, probablement du à une durée de vie plus courte.

3. L’inflammation joue un rôle critique dans la pathogenèse du syndrome de dysfonctionnement cognitif canin. Les neurones endommagés et les plaques de peptides Beta-amyloïdes sont sources de stimulis de l’inflammation.

Il se trouve que ces 3 facteurs sont aussi  indicateurs de la maladie d’Alzheimers chez l’homme. Il existe maintenant  un consensus scientifique pour lier les 2 maladies.    voir Head, E. 2011. Neurobiology of the aging dog. Age, 33: 485-496 ; Yu, C.H., Song, G.S., Yhee, J.Y., Kim, J.H., Im, K.S., Nho, W.G., Lee, J.H. and Sur, J.H. 2011. Histopathological and immunohistochemical comparison of the brain of human patients with Alzheimer’s disease and the brain of aged dogs with cognitive dysfunction. J. Comp. Path. 145: 45-58 ;  Gonzalez-Martinez, A. Rosado, B., Penim, P., Suarez, M.L., Santamarina, G., Belenguer, S.G., Villegas, A., Monleon, I. and Sarase, M. 2011. Plasma b-amyloid peptides in canine aging and cognitive dysfunction as a model of Alzheimer’s disease.  Experimental Gerontology 46: 590-596.

 

POUR EN SAVOIR PLUS, CONSULTEZ NOTRE E-BOOK

Photographie de Edwin Bautista

admin9957

Leave A Comment